Jim Solloway, stratège en chef des marchés et gestionnaire de portefeuille principal au sein du groupe des stratégies de portefeuille de SEI, présente nos perspectives économiques pour juillet 2021.

Les marchés boursiers anticipent depuis longtemps l'amélioration économique que nous observons actuellement. Cependant, les participants au marché craignent que les cours des actions américaines n'aient plus qu'un faible potentiel d'appréciation, même si l'économie mondiale continue de progresser.

voir la vidéo

Transcript

Bonjour, je suis Jim Solloway, stratège en chef des marchés et gestionnaire de portefeuille principal au sein du groupe Stratégies de portefeuille de SEI. Il a été à toute vapeur au cours du deuxième trimestre tant pour la reprise économique mondiale que pour le rallye mondial des actifs à risque.

Les marchés boursiers anticipent depuis longtemps l'amélioration économique que nous observons actuellement. Cependant, les participants au marché craignaient que les cours des actions américaines n'aient plus qu'un faible potentiel d'appréciation, même si l'économie mondiale continue d'aller de l'avant.

Nous ne pouvons pas exclure une performance plus agitée et plus terne pour les actions américaines, compte tenu de leur forte sur-performance depuis mars 2009 et des valorisations élevées par rapport à une grande partie du reste du monde. Mais dans l'environnement actuel, avec l'ouverture de l'activité économique et des taux d'intérêt toujours à des niveaux extraordinairement bas, la tendance dominante est en faveur de nouvelles hausses de prix au cours des deux prochaines années.

Nous prévoyons que d'autres économies avancées enregistreront des résultats solides au second semestre 2021 et en 2022, dépassant le rythme de croissance des États-Unis. Les économistes soulignent à juste titre que les États-Unis ont utilisé des mesures fiscales directes, notamment des dépenses d'urgence, un soutien du revenu et des allégements fiscaux, de manière plus agressive que tout autre pays.

Cela dit, d'autres pays ont utilisé des tactiques différentes qui dépassent l'effort de relance américain.

Plusieurs pays européens et le Japon se sont appuyés sur des injections de fonds propres, des prêts et des garanties. Dans la zone euro, certains de ces engagements de prêts commencent à peine à affluer. L'Italie et l'Espagne sont les grands bénéficiaires des 750 milliards d'euros de prêts et de subventions de la zone euro dans le cadre du programme Next Generation EU.

La Banque centrale européenne semble également déterminée à maintenir son soutien monétaire lié à la pandémie, au moins jusqu'en mars 2022.

Le bilan de la BCE a augmenté de plus de 25 points de pourcentage du PIB depuis le début de la crise du COVID-19. C'est plus que n'importe quelle autre grande banque centrale, à l'exception de la Banque du Japon, qui a connu une augmentation de 30 points de pourcentage. Les actions de la BCE ont réussi à maintenir la bonne tenue des rendements des obligations souveraines de l'Europe périphérique pendant la période de crise.

Les banques centrales du monde chantent le même cantique en matière d'inflation. Bien que les prix à la consommation se soient accélérés dans de nombreux pays, les décideurs des banques centrales insistent sur le fait qu'il s'agit d'un événement temporaire associé à une augmentation de la demande et à des problèmes de chaîne d'approvisionnement résultant de la réouverture des économies.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada semblent subir une hausse de l'inflation beaucoup plus marquée que le Japon ou la zone euro. Les deux derniers sont probablement soulagés d'avoir un répit face aux pressions déflationnistes qui affligent leurs économies depuis de nombreuses années. Il semble que la BCE ou la BOJ aient peu de raisons de rejoindre la Fed lorsqu'il s'agit de discuter d'une réduction à court terme de leurs achats d'actifs, et encore moins de relever leurs taux directeurs avant les États-Unis.

En termes de défis potentiels, le COVID figure certainement en tête de liste, mais même si les taux de vaccination ralentissent dans les pays développés, davantage de vaccins seront disponibles pour le reste du monde.

Nous prévoyons une réouverture continue de l'économie mondiale qui se prolongera jusqu'en 2022. Cette vague de reprise pourrait ressembler à un cycle haussier prolongé qui maintient la pression sur les chaînes d'approvisionnement, entraînant des pénuries continues de biens et de main-d'œuvre. Les craintes que l'inflation soit plus durable que prévu sont susceptibles de rester avec nous l'année prochaine. Merci.

Expand

Legal Note

Renseignements importants

Société de placements SEI Canada, filiale en propriété exclusive de SEI Investments Company, est le gérant des Fonds SEI au Canada.

Les informations fournies le sont à titre d’information générale et d’éducation uniquement et ne constituent pas un avis juridique, fiscal, comptable, un conseil financier ou de placement à propos des Fonds ou de tout titre en particulier, ni une opinion à l’égard de la pertinence d’un placement. Le présent commentaire est offert par SEI Investments Management Corporation (« SIMC »), une société américaine affiliée de Société de placements SEI Canada. SIMC n’est aucunement enregistrée auprès d’un organisme de réglementation canadien, pas plus que l’auteur, et les renseignements contenus aux présentes le sont à titre d’information générale seulement et ne se veulent pas un avis légal ni fiscal, pas plus qu’ils ne constituent des conseils en matière de comptabilité, d’actions ou de placements, ni une opinion par rapport au caractère approprié d’un placement. Vous ne devriez pas agir sur la foi de ces renseignements sans obtenir au préalable des conseils en matière de droit, de fiscalité, de comptabilité et de placements de spécialistes qualifiés. Les informations ne devraient pas non plus être interprétées comme une recommandation quant à l’achat ou à la vente d’un titre, d’un produit dérivé ou d’un contrat à terme. Il n’est pas recommandé d’agir en fonction de l’information contenue dans ce document, à moins d’obtenir expressément un avis juridique, fiscal, comptable et financier auprès d’un professionnel en placement. Le présent document est une évaluation de la situation des marchés à un moment précis et ne constitue pas une prévision d’événements à venir ou une garantie de rendements futurs. Il n’est pas garanti qu’à la date de parution du présent document les titres mentionnés étaient ou non détenus par les Fonds SEI.

Le présent document pourrait contenir des « informations prospectives » (« IP ») telles que définies par les lois sur les valeurs mobilières canadiennes applicables. Les IP sont des déclarations se rapportant à des événements, des conditions ou des résultats probables et reposent sur des hypothèses au sujet de conditions économiques et de plan d’action futurs. Les IP sont exposées à divers risques, incertitudes et autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent grandement des attentes explicites ou implicites associées au présent document. Les IP reflètent les attentes actuelles en ce qui concerne les événements actuels et ne sont pas une garantie de rendements futurs. Les IP figurant dans le présent document ou mentionnées à titre de référence sont fournies dans l’unique but de communiquer des attentes actuelles et pourraient ne pas être appropriée dans d’autres circonstances.

Les placements comportent des risques, dont celui de perdre le capital investi. La diversification peut ne pas offrir de protection contre le risque lié au marché. Par ailleurs, il peut y avoir d’autres titres non mentionnés qui pourraient comporter d’autres risques spécifiques. En plus des risques habituels associés à l’investissement, les placements internationaux peuvent comporter des risques de perte en capital découlant de fluctuations défavorables de la valeur des devises, de divergences dans les principes comptables généralement reconnus ou de l’instabilité politique ou économique dans d’autres pays. Les marchés émergents présentent des risques accrus découlant des mêmes facteurs, en plus de ceux associés à leur plus petite taille et à leur liquidité moindre. La valeur des obligations et des fonds obligataires diminue quand les taux d’intérêt montent.

Bien que les sources externes sur lesquelles se fondent certaines informations fournies sont jugées fiables, SEI ne garantit ni leur fiabilité ni leur intégralité et ces dernières pourraient changer sans préavis.

Des commissions, frais de courtage, frais de gestion et autres frais peuvent être associés aux fonds communs de placement. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leurs valeurs fluctuent fréquemment et leurs rendements passés pourraient ne pas se reproduire.